Votre produit a bien été ajouté
/
Votre panier

Il y a 0 produit dans votre panier

Total
Commander Continuer mes achats

Études supérieures et handicap : se préparer à la poursuite d’études

Par . Dernière révision : Le 25 août 2017

A la rentrée 2016, 23300 étudiants français étaient en situation de handicap, un chiffre qui augmente d’environ 13% chaque année. Eh oui : concillier études supérieures et handicap est possible ! Pourtant, seuls 20 % des bacheliers handicapés poursuivent leurs études.

La loi Accessibilité & Handicap du 11 février 2005 oblige les établissements à s’adapter afin d’accueillir au mieux les étudiants en situation de handicap. Tous ergo vous explique les démarches et détaille les aides et aménagements auxquels vous pouvez prétendre.

Études supérieures et handicap : des étudiants lors d'une session de révisions

Entrer à l’université ou dans une école supérieure avec un handicap

Votre handicap ne peut être un motif de refus de votre entrée en université ou dans une école supérieure. En effet, depuis 2005, elles doivent mettre en oeuvre « les aménagements nécessaires » à la situation des étudiants handicapés « dans l’organisation, le déroulement et l’accompagnement de leurs études ».

Pour candidater dans une école, vous devrez passer par les mêmes procédures que vos camarades valides. Ainsi, vous devrez déposer votre dossier sur Admission Post-Bac ou directement auprès de votre établissement privé ; vous pourrez éventuellement être amené à réaliser des test d’aptitudes préalables à l’entrée… Mais attention, vous devrez également préparer des dossiers spécifiques à votre handicap et à vos besoins. Par exemple, si vous avez besoin d’être accompagné en classe ou d’une prise en charge pour le transport, vous devrez impérativement prendre contact  avec votre Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH). Nous vous conseillons d’entamer ces procédures le plus tôt possible dans l’année scolaire précédent votre entrée dans un établissement supérieur.

Quel que soit votre projet, vous pouvez vous faire accompagner dans vos démarches par le CIO (Centre d’Information et d’Orientation) de votre lycée ou de votre ville, la structure handicap ou le référent de votre futur établissement ou encore par une association d’aide aux étudiants handicapés comme la FÉDÉEH. N’hésitez pas non plus à poser vos questions à d’anciens étudiants, ils seront certainement ravis de vous aider !

Une fois les résultats de votre baccalauréat obtenus, ou après validation de votre admission dans l’établissement de votre choix, prenez rapidement contact avec le service handicap (ou le référent) afin que celui-ci puisse préparer votre rentrée dans les meilleures conditions.

 

Des aménagements pour concilier études supérieures et handicap

Aides techniques et humaines, examens, vie qutodienne… Des aménagements existent pour permettre aux étudiants handicapés de suivre leurs études supérieures dans les mêmes conditions qu’un élève valide.

Découvrez nos équipements pour aménager votre espace bureau et étudier sereinement.

 

Vie quotidienne : logement, restauration, transport…

Si vous avez besoin de vous loger durant vos études, vous pouvez soumettre une demande de logement aménagé auprès du CROUS. Pour ce faire, vous devez, comme tous les étudiants, soumettre votre demande en passant par le site du CROUS, entre le 15 janvier et le 30 avril précédent votre rentrée scolaire. Il vous faudra remplir un DSE, Dossier Social Etudiant, auquel vous ajouterez un courrier précisant clairement vos besoins. N’oubliez pas d’y joindre le justificatif de reconnaissance de votre handicap. Dans le cas ou vous n’êtes pas reconnu handicapé par la MDPH, joignez à votre DSE une lettre de votre médecin attestant vos besoins.

Si votre établissement scolaire dispose d’un restaurant universitaire géré par le CROUS, celui-ci doit être adapté pour recevoir des étudiants en situation de handicap. Attention, dans les écoles privées la restauration sur place n’est pas toujours possible. Renseignez-vous directement auprès d’elle pour connaître les solutions envisageables.

Concernant le trajet jusqu’à votre établissement, s’il ne vous est pas possible d’emprunter les transport en commun, vos frais peuvent être pris en charge. Si vous résidez en Île-de-France, contactez Île de France Mobilités. Dans le cas contraire, faites votre demande auprès de votre conseil départemental ou de votre MDPH.

Etudiantes handicapées

 

Examens

Des aménagements particuliers sont possibles pour passer concours et examens durant vos études supérieures. Cela concerne tous type d’épreuves, qu’elle soit écrite, orale ou pratique et qu’elle ait lieu ponctuellement ou dans le cadre du contrôle continu ou en cours de formation. Vous pouvez ainsi bénéficier de plusieurs types d’aides :

  • Techniques : ordinateur, logiciels, machine à écrire en braille, sujets en braille ou en gros caractères…
  • Humaines : interprète LSF, secrétaire…
  • Epreuves adaptées : tiers temps, dispense totale ou partielle, adaptation ou report de l’épreuve…

En cas d’échec à un examen ou de redoublement, vous pourrez conserver les notes que vous avez obtenues durant 5 ans (par épreuve ou par unité d’enseignement).

Les conditions matérielles de l’examen doivent également vous convenir. Il s’agira entre autres de vous fournir une salle d’examen accessible tout comme les WC, de s’assurer qu’une infirmerie est disponible à proximité et qu’une période de repos est assurée entre deux épreuves et au moment du déjeuner.

Toutes ces adaptations doivent être demandées le plus tôt possible au médecin désigné par la
Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Pour ce faire, vous devez au préalable passer par le médecin de l’établissement scolaire fréquenté.

 

Aides financières

Voir notre article au sujet des aides financières auxquelles peuvent prétendre les étudiants en situation de handicap.

Notez que toutes les aides pédagogiques ainsi que l’accessibilité des bâtiment incombent aux établissements d’enseignement supérieur. En revanche, il vous faudra vous rapprocher de votre MDPH pour obtenir les aides humaines qui vous seront nécessaires.

 

Faire ses études supérieures en alternance lorsque l’on est en situation de handicap

Si vous êtes en situation de handicap et que vous souhaitez poursuivre vos études en alternance, votre contrat comportera certaines clauses particulières :

  • Limite d’âge : alors qu’elle est fixée à 25 révolus pour les élèves valides, vous n’êtes pas concerné.
  • Durée du contrat : vous pourrez le prolonger d’un an si cela vous est nécessaire. Dans ce cas, votre rémunération est majorée de 15% durant la prolongation de votre contrat.
  • Aides financières : votre salaire peut être cumulé avec l’AAH et la PCH. Découvrez à quelles aides financières vous pouvez prétendre si vous êtes étudiant en situation de handicap.
  • Poste de travail : si nécessaire, il devra être adapté par votre employeur. Rapprochez-vous de l’Agefiph et du FIPHFP pour en savoir plus.

 

Sources et informations complémentaires :

 

Vous êtes étudiant en situation de handicap ? N’hésitez pas à témoigner en laissant un commentaire !

 

Et si on restait en contact ?
En vous inscrivant à notre lettre d’information, vous recevrez deux fois par mois nos derniers articles à propos du handicap et du maintien à domicile. Nous vous communiquerons aussi nos nouveautés produits et nos promotions.
Cela vous intéresse ? Pour vous inscrire, direction la page d’accueil de notre site. Indiquez simplement votre adresse e-mail dans l’encadré « Newsletter », en bas à gauche de la page. Voilà, c’est fait 😉
PS : Vous pouvez aussi nous rejoindre sur Facebook et Twitter !
Victoria
quelques mots sur Victoria