Votre produit a bien été ajouté
/
Votre panier

Il y a 0 produit dans votre panier

Total
Commander Continuer mes achats

Les Petites Victoires : témoignage de Juliette Watine

Par Pauline, le 7 février 2019

Qui dit Petites Victoires, dit nouveau portrait ! Juliette Watine, 30 ans, originaire du Nord,  et anciennement membre de l’équipe de France de handibasket féminine. Juliette a notamment représenté la France aux Jeux paralympiques de Rio en 2016. Découvrez le portrait de cette jeune femme sportive, dynamique et pleine de vie qui a fait de son handicap une force ! 

 

Petites Victoires : l’histoire de Juliette, quand handicap et sport se mêlent…

En 2003, à l’âge de 14 ans, alors que rien ne laissait présager un quelconque problème de santé, Juliette perd l’usage de ses jambes et devient paraplégique. Elle était allongée dans sa chambre et révisait lorsqu’elle a senti une douleur montée dans ses jambes. Sa maladie, la myélite transversale aiguë s’est développée suite à la fixation d’un virus sur sa moelle épinière, sans le moindre signe avant-coureur. 

Lorsque nous demandons à Juliette ce qui lui a donné le courage de surmonter ces changements dans sa vie, elle nous répond  « Le courage, je l’ai trouvé dans mon entourage. L’entourage aide beaucoup dans ces moments là et j’ai eu la chance d’avoir une famille et des amis présents. Leur écoute, leur bienveillance, leur motivation et leur sourire m’ont aidé à avancer et garder le cap. » 

Juliette Watine

Juliette a toujours été très sportive et une adepte des sports individuels comme l’équitation, la danse, et le tennis. Malgré son handicap,  il était inconcevable pour elle d’arrêter complètement le sport. Elle apprend qu’elle peut se dépenser autrement ! 

« Le sport m’a permis de me reconstruire physiquement, socialement et moralement.Le sport m’a permis de repousser mes limites, d’apprendre à connaitre mon (nouveau) corps handicapé, à l’accepter, et à le muscler (ce qui est important pour moi pour être le plus autonome possible), à sortir de ma zone de confort et rencontrer des personnes dans la même situation que moi. Cela permet de se sentir moins seule au début, lorsque le handicap vient te toucher. Tu te dis que si les personnes que tu rencontres sont capables de faire tout cela, toi aussi tu peux en être capable. Il permet une ouverture sur tous les plans. »

Elle commence par pratiquer le tennis fauteuil au Tennis Club de Ronchin puis découvre les joies du sport collectif avec le handibasket lors de sa réduction au Centre de l’espoir à Lille en 2006. Elle pratique l’handibasket au sein du Lille Université Club (LUC).     

 Juliette WatineJuliette Watine

Suite  à ses études en design textile à l’ESSAT de Roubaix , Juliette effectue un master en économie sociale et solidaire à l’IAE de Valenciennes.

Les dates clés de son parcours sportif : 

  • 2007 : Son premier regroupement France Handibasket – championne de France Nationale 2 
  • 2011 : Championnat de France de Tennis –  vice-championne 
  • 2013 : Championnat de France de Tennis – 3ème place 
  • 2014 :  Championnat du monde à Toronto de basket-ball en fauteuil roulant féminin-  8ème
  • 2015 : Championnat d’Europe à Worcester (Royaume-Uni) de basket-ball en fauteuil roulant féminin – 4ème 
  • 2016 : Basket-ball en fauteuil roulant aux Jeux paralympiques d’été de Rio : 8ème
  • 2017 : Championnat d’Europe à Adeje ( Espagne) de basket-ball en fauteuil roulant féminin – 4ème 

 

Petites Victoires : Juliette aujourd’hui, le travail, le sport et les voyages…  

Depuis 4 ans, Juliette travaille au sein de la société coopérative « Filles à retordre » qui est implantée à Lilles Fives. L’enjeu ? Sensibiliser de manière ludique au « zéro déchet » en les collectant ( Bâches publicitaires, chambres à air, bouteilles etc) pour ensuite les recycler et leur offrir une seconde vie. Les « Filles à retorde » ont 2 activités : elles proposent des ateliers à destination des enfants, adultes, entreprises et collectivités et réalisent des créations « faites à la main » qu’elles proposent à la vente. Les locaux ont été rendus accessibles grâce au soutien et au financement de AGEFIPH.  

Il y a 1 an, Juliette a décidé de faire une pause avec le handibasket, une discipline qui lui demandait beaucoup de temps et difficilement conciliable avec son travail : « 4 entraînements par semaine, les matchs les weekend ainsi que les stages et compétitions avec l’équipe de France. » Elle continue a pratiquer le tennis et vient tout juste de démarrer le Hockey au club Iris de Lambersart.  Cela lui permet de continuer à pratiquer un sport collectif tout en restant un loisir. 

Juliette a réalisé il y a peu un voyage de 3 mois en Asie du Sud-Est (Août à Octobre 2018). Avec son fauteuil, elle a parcouru la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Sud de l’Inde. Même si Juliette admet qu’elle a rencontré quelques problèmes d’accessibilité, elle avoue que les locaux sont très à l’écoute et bienveillants. « Bien qu’ils n’aient pas les mêmes moyens matériels qu’en France, ils se sont montrés très ouverts et sensibles à mon handicap, j’ai toujours reçu de l’aide lors de mes déplacements « .  Lors qu’elle prenait le bateau, Juliette explique « qu’en 2 temps 3 mouvements il m’avait monté dans le bateau sans même que j’ai eu le temps de réfléchir à comment ça allait se passer ».Concernant les logements, Juliette est passée par le site booking.fr qui propose des hôtels accessibles aux personnes à mobilité réduite. Dès son retour en France, Juliette n’a pas hésité à partager son retour d’expérience sur sa page Facebook. 

Les Petites Victoires : Nos questions à Juliette 

  • Considères-tu ton handicap comme une force aujourd’hui ? Ce qu’il a changé sur ta façon de voir les choses ?

« Mon handicap est une force aujourd’hui. En centre de rééducation (où j’y suis restée 3ans, de 14ans à 17ans) j’y ai rencontré des personnes avec des histoires de vie parfois très difficiles. J’ai donc pris conscience très jeune que la vie était précieuse et qu’il fallait en profiter. Cela permet de relativiser et d’apprécier les choses simples à leur juste valeur.Aujourd’hui, je sais par où je suis passée et le chemin parcouru. Le chemin est semé d’embûche, mais c’est ce qui fait que la vie est belle, on apprend à se surpasser et le résultat n’en est que plus beau. »

  • Si tu pouvais changer quelque chose autour de toi, dans le monde, qu’est-ce que ça serait ?

 » J’y ajouterais plus de bienveillance et d’ouverture d’esprit. Ne pas avoir peur de sortir de sa réalité et être ouvert à ce qu’il se passe autour de soi sans jugement. »

  • Quel message aimerais-tu faire passer à nos lecteurs ?

« Ne laissez personne vous juger sur vos caractéristiques. Votre handicap ne vous définit pas, vous n’êtes pas qu’un fauteuil roulant, une canne, ou autre… vous êtes avant tout une personne avec son caractère, ses envies, et ses rêves, comme n’importe quelle autre personne. Des solutions existent pour chaque problème, focalisez vous seulement sur les solutions. Tout est possible. »

Découvrez nos articles sur le voyage et le handicap : 

 

Revenir en haut