Le sujet de la qualité de l’air que nous respirons a pris de l’importance au fil de la décennie. La quantité de particules fines dans l’air, les pics de pollution les jours d’été, l’air pollué en général… On le remarque surtout en agglomération, quand respirer nous prend les poumons, ou lorsque l’on suit le passage d’une voiture au pot d’échappement douteux.

La pollution telle qu’on la connaît, qu’elle provienne des voitures, des zones industrielles, des centrales, est dangereuse pour les personnes âgées, les enfants et les personnes immunodépressives.

Les polluants comme le dioxyde de carbone, le dioxyde d’azote, l’ozone ou le benzène, les gaz à effets de serre directement liés à la combustion du pétrole et du charbon (pour la production d’électricité) sont la principale cause de pollution et du réchauffement climatique.

Également, nous n’en parlons que très peu, mais en hiver, 50 à 70% de la pollution atmosphérique par particules fines est produit par les combustions de biomasse. C’est-à-dire la combustion des feux de cheminée, feux agricoles ou encore feux de jardin. C’est pourquoi une réglementation de plus en plus sévère est mise en place. 

L’air extérieur perd donc en qualité chaque année, mais qu’en est-il de la qualité de l’air intérieur ? L’air intérieur est-il pollué ? Comment purifier l’air chez soi ? L’air pollué est-il dangereux pour la santé ?

Qualité de l’air intérieur : pollué !

Nous passons, pour la plupart d’entre nous, plus de temps dans des espaces clos qu’à l’extérieur. Chez soi, au bureau, dans sa voiture, dans les transports, ou dans les écoles… En effet, c’est 80 à 90% de notre temps que nous passons à l’intérieur. On pourrait se croire à l’abri de la pollution et des particules fines mais vous vous en doutez : il n’en est rien ! C’est même parfois le contraire : les espaces clos sont pour certains quasiment 5 à 10 fois plus pollués que l’air extérieur. Et malheureusement, la pollution et nos poumons ne faisant pas bon ménage, le nombre d’asmathiques a nettement augmenté. Et selon le Figaro, 20 000 décès seraient liés chaque année à une mauvaise qualité de l’air intérieur.

Voici quelques raisons pour lesquelles la qualité de l’air de chez vous peut-être encore moins bonne que l’air extérieur :

  • La pollution extérieur s’infiltre par l’aération, l’ouverture des fenêtres et des portes,
  • A l’inverse, le manque d’aération qui fait stagner microbe et virus,
  • La stagnation de l’air ambiant
  • La fumée de cigarette si vous êtes fumeur,
  • La poussière qui s’accumule,
  • L’utilisation de produits ménagers, vernis, peintures et la fumée de tabac qui peuvent contenir du formaldéhyde.

Maison de retraite et EHPAD

Évidemment, les seniors font partie des plus touchés par la qualité de l’air et la pollution. Le vieillissement de l’organisme ralentit le traitement des particules. Ensuite, nous savons que les personnes âgées, notamment en EHPAD et en maison de retraite, sont à l’intérieur quasiment à plein temps…

Des études menées montrent d’ailleurs que cette mauvaise qualité de l’air affecte directement les capacités respiratoires des patients.

Les enfants face à la pollution de l’air 

20% des nourrissons de moins de 36 mois sont asthmatiques. Bien que cette maladie respiratoire puisse être héréditaire, elle est aussi clairement reconnue comme l’une des conséquences de la pollution. Les nourrissons passent eux aussi la plupart du temps en intérieur et ventilent 2 fois plus qu’une personne adulte.

Bon à savoir :

  • Privilégier la respiration par le nez quand c’est possible, c’est un filtre naturel aux éléments extérieurs,
  • Les enfants sont les plus sensibles à la pollution atmosphérique. Leur appareil respiratoire n’ayant pas fini de se former. Jusqu’à 8 ans, leurs poumons sont beaucoup plus fragiles.
  • Mais les personnes aux problèmes cardiaques, les asthmatiques, les personnes âgées, les femmes enceintes sont également des personnes fragiles face à la mauvaise qualité de l’air.
  • Étonnant; mais logique, les sportifs sont eux aussi très impactés : un effort augmente la fréquence de respiration, et donc de ventilation des poumons et ainsi la quantité d’air respiré.

Comment assainir l’air d’une maison naturellement ?

Plusieurs solutions existent pour dépolluer son air et obtenir un air pur. Quelques gestes simples peuvent suffir pour faire en sorte d’avoir un air plus sain. Voici une liste non exhaustive.

Les purificateurs d’air

Les purificateurs d’air permettent de filtrer et détruire les polluants chimiques, mais aussi les virus et microbes. Il existe plusieurs type de purificateurs d’air :

  • A filtres : plutôt efficaces, ils disposent souvent de trois étapes de filtrage. Un filtre pour les poussières, puis un filtre pour les gaz et composés organiques volatils nocifs provenant de la pollution extérieure et fumée de tabac. Le dernier filtres bloque les particules fines, on l’appelle filtre HEPA pour Haute Efficacité sur les Particules d’Air. Attention cependant au moment du nettoyage : démonter le filtre peut relâcher tous les polluants dans votre air intérieur.
  • Par Photocatalyse : cette technologie utilise des rayonnements UVC et du dioxyde de titane pour détruire les polluants chimiques, même les plus difficiles à éliminer comme le monoxyde de carbone. Petite mise en garde quant à leur utilisation : un manque de rigueur dans leur utilisation peut engendrer la production de formaldéhyde. Et il semblerait difficile de suivre les indications à la lettre, notamment dans le lavage et entretien des filtres.
  • A ultraviolet : les rayonnements des tubes élimineraient les bactéries et virus. Mais pas d’action sur les polluants. Leur efficacité n’a d’ailleurs pas non plus été prouvée.
  • Par ionisation : libèrent des ions dans l’air qui se collent aux particules et les amalgament. Tout retombe ensuite sur le sol et il suffit d’aspirer avec un aspirateur à filtre HEPA. Ce serait la solution de purificateurs la plus naturelle.

L’aromathérapie pour une meilleure qualité de l’air

En plus de diffuser une odeur délicieuse et embaumante, certaines huiles essentielles permettent la destruction des microbes pour un environnement sain. La diffusion d’huiles essentielles est donc efficace pour la désinfection des pièces closes.

Aérer et réduire l’utilisation de sprays, aérosols et bougies

Il est conseillé d’aérer son logement 15 minutes par jour pour éloigner poussière, virus, microbes et même odeurs de votre logement. Il est important de le faire notamment en hiver lorsque l’humidité est plus élevée. Un air trop sec est mauvais pour la santé, tout comme un air trop humide. Privilégiez une ouverture tôt le matin et tard le soir.

Également, réduire l’utilisation de sprays et bougies améliorerait la qualité de l’air. La plupart de ceux-ci contiennent des phtalates qui sont des perturbateurs hormonaux

Les plantes

Certaines plantes ont des facultés dépolluantes, et donneront des couleurs à votre logement ! Elles absorberaient les polluants et rejettent de l’oxygène, mais malheureusement, l’efficacité n’est pas encore réellement prouvée.