Votre produit a bien été ajouté
/
Votre panier

Il y a 0 produit dans votre panier

Total
Commander Continuer mes achats

Incontinence : 6 astuces pour voyager serein

Par Victoria, le 20 mai 2016

Pour beaucoup d’individus souffrant d’une forme d’incontinence, la perspective de voyager peut s’avérer être un vrai défi et prendre l’avion, le train ou la voiture peut poser de nombreux problèmes. Voici donc quelques astuces pour s’assurer que cette incontinence sera la dernière des préoccupations lors du trajet.

Voyage et incontinence

1.      Bien choisir son moyen de transport

Il est important de bien étudier le choix du moyen de transport, afin de voyager le plus confortablement possible.

Certaines personnes préfèrent conduire parce que cela leur permet de faire un arrêt dès que cela est nécessaire. Lorsque cela n’est pas possible, il faut aussi prendre en compte les personnes avec lesquelles on voyage. Si une autre personne a le volant, comprendra-t-elle bien l’urgence de la situation et l’importance de se garer rapidement ? Ce n’est pas non plus qu’une question de conducteur. La route empruntée est également importante, car toutes n’offrent pas les mêmes possibilités d’accéder à des toilettes. Il faut donc aussi y songer.

L’avion peut être un moyen plus rapide d’arriver à destination, mais l’impossibilité d’accéder aux toilettes durant le décollage, l’atterrissage et les périodes de turbulence peut poser problème. L’idéal est donc de réserver un siège côté couloir, d’où l’on peut atteindre les toilettes plus facilement. Être placé à l’arrière de l’avion peut également permettre d’être le premier à y accéder si l’on a du attendre longtemps avant de pouvoir enlever sa ceinture. Passer aux toilettes avant l’embarquement et lorsque le pilote annonce que l’atterrissage est imminent est également une bonne idée.

Il est également possible d’opter pour le train. Même si le trajet est plus long qu’en avion, le train permet de bénéficier de toilettes proches et accessibles tout le temps. C’est peut être donc une solution à privilégier, si cela est possible.

 

2.      Toujours emporter le matériel adéquat

Mieux vaut être préparé lorsque l’on part en voyage ! Surtout que, quel que soit le mode de transport choisi, de potentiels problèmes peuvent survenir (retards, annulations, bouchons…).

C’est pourquoi il vaut mieux emmener plus de protections urinaires que nécessaire, surtout lorsque l’on se rend dans un lieu inconnu. Prévoir une tenue de rechange en cas d’accident, mais aussi de petits sacs plastiques dans lesquels transporter des protections souillées, ou encore des lingettes ou du produit antibactérien peut être salutaire, surtout s’il n’y a pas de poubelle à proximité. Il peut être utile d’expédier une boîte de protections urinaires sur le lieu de séjour avant le départ. Enfin, l’idéal est de choisir un hôtel disposant de machines à laver.
En prévoyant toutes les situations il sera plus simple de pallier aux difficultés rencontrées !

 

3.      Entrainer sa vessie

Outre le traitement médicamenteux et le port de protections adaptées, l’une des meilleures choses à faire pour mieux contrôler son incontinence est de faire travailler sa vessie pour la rendre plus résistante. Il existe pour cela les exercices Kegel, consistant en un renforcement du périnée et du plancher pelvien. Cet entrainement peut être pratiqué à la fois par les hommes et par les femmes. L’objectif est de renforcer les muscles utilisés lors de la miction et ainsi d’améliorer le contrôle de la vessie.

 

4.      En voiture : Toujours utiliser un GPS !

Les individus incontinents peuvent profiter des informations fournies par les nouvelles technologies, et notamment du GPS ! En effet, cet appareil peut indiquer la localisation des aires d’autoroutes sur lesquelles trouver des toilettes, mais aussi des restaurants et des hôtels. En plus d’être sûr de ne pas se perdre, utiliser un GPS est donc une bonne solution pour les personnes souffrant d’incontinence. Des applications sur smartphone existent également.

 

5.      A l’étranger : Se renseigner sur les pratiques du pays où l’on voyage

En plus de prévoir une protection adéquate, qui permettra de contenir les fuites ainsi que les odeurs, il faut également songer à se renseigner sur les pratiques des autres pays lorsque l’on se rend à l’étranger. Il peut en effet être utile de savoir si les toilettes seront payants, si l’on sera confronté aux toilettes à la turque, ou encore s’il est nécessaire de se munir de son propre papier toilette. Il est essentiel de se préparer à ces aspects, même lorsque l’on n’est pas concerné par l’incontinence. Cela permet de mieux profiter de son voyage, tout en ayant le moins d’inquiétude possible !

 

6.      Surveiller son régime alimentaire

Il s’agit d’un aspect que peu de personnes prennent en compte lorsqu’ils voyagent, et c’est souvent la dernière des choses que l’on a en tête. Pourtant, la nourriture à haute teneur en sel ou diurétique (comme le thé ou le café) et même l’alcool peuvent nous rendre plus enclins à devoir aller aux toilettes. Certains experts recommandent donc de limiter notre consommation de ces produits avant de partir en voyage. Pas au point de s’assoiffer bien sûr ! Cela serait de toute façon une très mauvaise idée. Un régime alimentaire adapté couplé à l’utilisation d’une protection urinaire rendra le voyage confortable et permettra de garder un esprit plus serein.

 

L’incontinence peut considérablement compliquer une expérience de voyage, c’est pourquoi beaucoup de personnes abandonnent cette idée. Pourtant, ces astuces peuvent aider à se prémunir des petits désagréments que l’on rencontre souvent sur sa route. Avec un peu de préparation, voyager devient bien moins intimidant et beaucoup plus agréable !

Bien entendu, même avec une planification minutieuse des imprévus sont toujours possibles. Il faut savoir au maximum garder son calme et sa sérénité lorsque cela arrive, même si la situation est embarrassante.

Bon voyage !

 

Source : continence.org.au

Revenir en haut