Votre produit a bien été ajouté
/
Votre panier

Il y a 0 produit dans votre panier

Total
Commander Continuer mes achats
fauteuil-roulant-autonomie-aide-technique-tous-ergo-medical

Le fauteuil roulant, un outil nécessaire pour plus d’autonomie ?

Par . Dernière révision : Le 28 septembre 2020

Le fauteuil roulant … Une aide technique, souvent, mal perçue, redoutée et rejetée en bloc ! Et pourtant, une fois cette étape psychologique et symbolique franchie, l’utilisation d’un fauteuil roulant peut apporter énormément au quotidien.

Le fauteuil roulant, une clé de plus pour être autonome …

Le fauteuil roulant permet une diminution de la fatigue en limitant les moments de marche laborieux et une diminution du risque de chute lors de son utilisation. Notamment dans des lieux avec de la foule ou lors des moments durant lesquels la fatigue se fait sentir.

Il est aussi un moyen de se déplacer de manière autonome si la marche nécessite la présence ou l’aide d’une tierce-personne pour y parvenir en sécurité. Cette alternative offre du répit physique à l’aidant.

Enfin, grâce à cette aide technique, il n’y aura plus besoin d’éviter certaines activités ! La distance à parcourir pour y arriver ou de la durée de station debout nécessaire ne seront plus un frein. Loin d’être le fardeau imaginé, le fauteuil roulant devient une clé à la vie sociale !

… sans laquelle je n’imagine pas mon quotidien, tant il m’apporte !

Personnellement, le fauteuil roulant fait partie de ma vie depuis plus de 15 ans et je n’imagine pas ma vie sans ce formidable outil qui m’apporte tant !

J’ai dû naître à 6 mois de grossesse à cause d’une grossesse gémellaire compliquée. En raison de ma naissance prématurée, j’ai des lésions cérébrales irréversibles, responsables de ma Paralysie cérébrale.

Il s’agit du handicap moteur le plus fréquent chez l’enfant, en France. Chaque individu atteint de Paralysie cérébrale a des lésions cérébrales qui lui sont propres. Dans mon cas, cela impacte principalement ma motricité :

  • Ma tenue assise,
  • Ma dextérité au niveau des bras,
  • Mon élocution,
  • Et, bien sûr, ma marche.

J’ai fait mes premiers pas, avec appui, vers 3 ans. Je peux marcher avec différentes aides techniques (cannes, déambulateur, …) mais uniquement sur des courtes distances car je fatigue extrêmement vite. Depuis mon plus jeune âge, même si je marchais à mon domicile et à l’école, j’ai toujours eu conscience que la marche ne serait pas mon « mode de déplacement » principal.

Mon premier fauteuil roulant est arrivé dans ma vie lorsque j’avais 5 ans, à ma demande. Quelle joie pour moi : loin de le voir comme quelque chose de négatif, j’y voyais un outil d’émancipation pour quitter ma poussette ! De plus, mon fauteuil roulant manuel rendait « visible » aux yeux de tous mon handicap. De cette manière, cela évitait les remarques, telles que « mais à son âge, elle pourrait marcher » ou « elle est fainéante », concernant l’usage « tardif » de la poussette.

Malheureusement, à cause de mon manque de force au niveau des bras et du poids de mon fauteuil, je ne pouvais que très difficilement l’utiliser seule …

Un nouveau souffle…

A l’âge de 13 ans, j’ai, enfin, eu ma première motorisation sur mon fauteuil roulant manuel. Cette nouvelle étape m’a apporté plus d’autonomie. Cette fois-ci, je pouvais me déplacer sans dépendre d’une tierce personne sur de longues distances. Cela n’exigeait pas de force physique, ce qui est vraiment appréciable. Une nouvelle autonomie que j’avais tant attendue, dont je profitais énormément. Particulièrement lors des sorties en famille ou entre amis.

fauteuil-roulant-autonomie-aide-technique-tous-ergo-medical-handichien-chien-assistance

Enfin, depuis ma majorité, j’utilise un fauteuil roulant électrique. En effet j’ai, désormais, besoin de mon fauteuil quotidiennement afin de vivre pleinement ma vie étudiante et sociale ! Malgré ses contraintes, le fauteuil roulant électrique me permet d’être confortable et autonome. Et ce, durant toutes les périodes de la journée que je passe assise. Grâce à mon super fauteuil roulant électrique, mon quotidien est similaire à celui de mes pairs sur bien des aspects. Par exemple, grâce à son option lift, je peux être à la même hauteur qu’une personne debout. Malgré mon handicap, je suis capable d’aller faire des courses et de me déplacer à l’université ! Ou encore de faire des ballades avec mon chien d’assistance et de participer à beaucoup d’activités avec mes amis… Bref, un quotidien bien rempli qui ne le serait pas sans cette aide technique indispensable.

(Photo Emma Fréry (@shootamme), Photography ©)

Mon seul regret est de ne pas en avoir eu un, dès mon plus jeune âge, que j’aurais été capable d’utiliser seule. Cela m’aurait permis de ne pas être limitée dans mes déplacements hors de chez moi, durant mon enfance.

Sujette à de nombreuses idées-reçues

Malgré tous les bénéfices qu’il peut apporter dans le quotidien d’une personne handicapée et indirectement dans celui de son entourage, le fauteuil roulant est fréquemment associé à quelque chose de négatif …

Faisons le point sur quelques idées-reçues :

  • « Une personne en fauteuil roulant ne marche pas. » Une majorité des personnes qui utilisent un fauteuil peuvent marcher. Utiliser un fauteuil roulant ne veut pas forcément dire ne plus marcher du tout. Certaines personnes ont besoin d’un fauteuil roulant par période, selon l’évolution de leur maladie chronique. D’autres ont besoin d’un fauteuil uniquement pour se déplacer sur certaines distances ou surfaces.
  • « Le fauteuil roulant électrique est uniquement pour les handicaps « lourds ». » Le choix d’un fauteuil roulant électrique plutôt que d’un fauteuil roulant manuel dépend des capacités à se propulser de la personne handicapée. Il dépend aussi du contexte dans lequel il lui sera nécessaire : en intérieur ou extérieur, sur quelle durée, pour un usage ponctuel ou quotidien…
  • « L’utilisation d’un fauteuil roulant nécessite énormément d’aménagements. » L’utilisation d’un fauteuil comporte des contraintes. Mais le choix du fauteuil roulant le plus adapté à votre situation permet de les limiter. Par exemple, si la personne handicapée peut se transférer à une place dans la voiture, un fauteuil roulant manuel motorisé peut être plié. Il peut donc être transporté dans un véhicule n’ayant pas eu d’aménagements pour Personne à Mobilité Réduite (PMR).

Le choix de son fauteuil roulant : la nécessité de réfléchir à son « cahier des charges »

Afin que votre fauteuil roulant soit le plus adapté à votre quotidien et à vos besoins, il est nécessaire de bien les identifier. Par ailleurs, avant un achat, il est important d’essayer les différents modèles qui vous intéressent.

On distingue plusieurs « catégories » que je vais évoquer ci-dessous.

Les « types » de fauteuil roulant manuel

1. Le fauteuil roulant de transfert

Le fauteuil roulant de transfert est un fauteuil roulant nécessitant forcément l’aide d’une tierce-personne pour le pousser. Il est utilisé durant de courts moments.

2. Le fauteuil roulant manuel non motorisé

Parmi les fauteuils roulants manuels, il faut distinguer ceux dits « passifs » de ceux dits « actifs ».
Cette première catégorie est destinée aux personnes qui sont, le plus souvent, poussées par une tierce-personne.

A contrario, les fauteuils roulants manuels, dits « actifs » sont plutôt destinés aux personnes se propulsant principalement elles-mêmes. Ainsi, il s’agit de fauteuils roulants très légers et particulièrement maniables.

Il existe des modèles de fauteuils roulants manuels pour enfants qui leurs offrent une autonomie maximale. Ce type de fauteuil, de part son poids, demandera moins d’effort physique (par rapport à un fauteuil pédiatrique dit « passif ») à l’entourage de l’enfant pour le pousser.

3. Le fauteuil roulant muni d’une motorisation

L’utilisation d’un fauteuil roulant manuel a ses limites. D’une part, elle peut parfois se révéler, si l’on se propulse, fatigante ou dangereuse pour les épaules (à long terme). D’autre part, elle peut nécessiter la présence d’une tierce personne.
L’ajout d’une roue motorisée peut alors apporter de l’autonomie, tout en permettant toujours l’usage du même fauteuil « en mode manuel ».

Les différentes motorisations disponibles sur le marché se distinguent, entre autres, par :

  • Leur utilisation : destinée soit à la ville soit à la campagne,
  • La manière dont on dirige le fauteuil : soit en actionnant un joystick, soit en tournant les roues manuellement, ou encore actionnant un guidon,
  • Les distances qu’elles permettent de parcourir.

Les fauteuils roulants électriques

1. Les fauteuils roulants électriques d’« intérieur »

Il s’agit de fauteuils roulants électriques utilisés majoritairement dans des espaces intérieurs, tel que le domicile ou des magasins.

Ils fonctionnent bien sur des surfaces planes avec peu de dénivelés, de reliefs, ou de franchissements. Ce sont généralement des scooters pliables : ce qui facilite grandement leur transport en voiture.

2. Les fauteuils roulants électriques d’« extérieur »

Il s’agit, généralement, des fauteuils plus volumineux et les plus lourds. Néanmoins, ce sont ceux qui offrent le meilleur confort :

  • Présence de suspensions,
  • Large choix d’assises,
  • Dossier et cales pieds électriques si cela est nécessaire…

Ce critère est primordial lorsque l’on passe de nombreuses heures dans son fauteuil roulant. Ils sont aussi capables de rouler sur différentes surfaces, en fonction du modèle.

Pour les enfants, des gammes de fauteuils, adaptés à leur gabarit, ont été développées.

Il est important de souligner que certains « scooters » peuvent constituer une alternative intéressante. Ils peuvent rouler en extérieur, comme les « gros fauteuils roulants électriques » et sont pliables. 

J’espère que cet article vous aidera à considérer le fauteuil roulant différemment ou à choisir plus facilement le fauteuil qui vous correspondra le plus. Ainsi, il vous apportera encore plus d’autonomie au quotidien !                                                                                                        

A noter qu’avec l’ordonnance d’un médecin spécialisé, la Sécurité Sociale rembourse un montant fixe du prix d’un fauteuil roulant manuel et un montant fixe du prix d’un fauteuil électrique. Ce, tous les 3 ans pour un adulte et tous les ans pour un enfant. Pour cela, le modèle choisi doit bénéficier d’une homologation de la Sécurité Sociale. Les demandes de remboursement pour un fauteuil roulant manuel et électrique sont indépendantes.

(Pour savoir si un fauteuil roulants présent sur Tous ergo est pris en charge par la Sécurité Sociale, n’hésitez pas à nous contacter sur Facebook, Instagram, ou par téléphone au  03 20 81 93 89)

newsletter-tousergo-experts
Manon Sanchez
quelques mots sur Manon Sanchez
Bonjour, je m'appelle Manon, handicapée moteur (Paralysie Cérébrale et Spondylarthrite) et étudiante en licence de biolo...