En vieillissant, il arrive souvent de voir apparaître des tremblements des mains. Véritable handicap quotidien, parfois vecteur d’isolement et de dépression, il est indispensable de contrer le tremblement. Parkinson ou tremblement essentiel, Tous ergo vous propose quelques aides techniques pour vous aider à lutter contre les tremblements.

Lutter contre les tremblements

Des méthodes sont possibles pour compenser le tremblement, vous pouvez changer de côté, changer de position ou changer la préhension.

Mais parfois, changer ses gestes ne suffisent pas. Il faut alors avoir recours à des aides techniques pour lutter contre les tremblements.

Tous ergo vous propose une série de petits objets pour faciliter le quotidien des personnes souffrant de tremblements.

Nos astuces pour lutter contre les tremblements

Maintenir – Alourdir – Orienter

Fixer – Antidérapant

Remplacer l’action

Limiter le risque – Protéger

Origine des tremblements, qu’est-ce que c’est ?

Avoir les mains qui tremblent, c’est très invalidant. La personne atteinte a du mal à manger, à se laver les dents, à lasser ses chaussures, à écrire, à se déplacer… Les gestes simples du quotidien deviennent un véritable calvaire, plus difficile à effectuer, quand ça n’est pas carrément impossible.

Les tremblements peuvent comprendre le tremblement des mains (gauche ou droite ou les deux) le tremblement des bras, du tronc, de la tête et plus rarement, le tremblement des jambes. 

Les tremblements des mains consistent en des mouvements de type “secousses”, intenses ou non, au repos ou en action. 

Ils peuvent être d’origine cérébrale (neurologique), hormonale, musculaire, génétique…

Causes des tremblements : pourquoi j’ai les mains qui tremblent ?

Plusieurs facteurs peuvent causer des tremblements. Ils peuvent être liés à une pathologie, à la prise de médicaments, à des éléments psychologiques ou encore physiologiques. Ils peuvent aussi être lié à une émotion, un stress, un gros effort musculaire ou une hypoglycémie passagère.

Les tremblements essentiels 

Handicapant dans les gestes du quotidien nécessitant, les tremblements essentiels concernent environ 0,5% des personnes. Ils sont aussi dit héréditaires, car ils se transmettent la plupart du temps des parents aux enfants.

Commençant par les mains et se concentrant essentiellement sur le haut du corps, ils peuvent aller jusqu’à toucher les cordes vocales et faire trembler la voix.

Cependant, lorsque l’on ne sollicite pas le muscle en question, il ne tremble pas, contrairement aux tremblements causés par Parkinson. 

Bien que l’on puisse être touché par les tremblements essentiels avant le grand âge, cette condition apparaît souvent avec le vieillissement, s’aggrave avec le temps et l’âge.

Comme évoqué précédemment, les mouvements nécessitant de la dextérité ou de la précision sont grandement impactés. En public, le stress d’être observé et jugé va fortement amplifier les tremblements. Cela va amplifier le stress, ce qui est un cercle vicieux.

La maladie de Parkinson

Maladie neurodégénérative, Parkinson s’attaque aux neurones à l’origine de la dopamine, affectant petit à petit le nombre de cellules nerveuses. Le système nerveux des personnes atteintes en est directement affecté.

Les symptômes sont majoritairement moteurs. On constate une lenteur des mouvements appelée l’akinésie, une rigidité musculaire et surtout, des tremblements lorsque le muscle est au repos. En effet, lorsque l’on est atteint de la maladie de Parkinson, le fait de solliciter le muscle va arrêter les tremblements. La dextérité est cependant inévitablement impactée par l’akinésie et la rigidité.

Les maladies neurodégénératives

D’autres maladies neurodégénératives comme la maladie de Wilson ou Alzheimer peuvent entraîner des tremblements. Effectivement, toute pathologie altérant le cerveau via une dégénérescence peut altérer les capacités motrices. 

La maladie de Wilson par exemple, a pour une de ses causes : l’accumulation de cuivre dans le système nerveux. Ce qui serait la cause des troubles moteurs qui s’ensuivent.

Prise de neuroleptiques ou autres médicaments (antidépresseurs, stimulants…)

L’avantage de ces tremblements d’origine médicamenteuse est qu’ils s’arrêtent généralement à l’arrêt des médicaments ou lorsque les doses sont réduites. La plupart du temps, la surdose est à l’origine des tremblements. Mais il arrive que les tremblements apparaissent à la suite d’un arrêt brutal du traitement : le corps est en sevrage trop abrupte.

A savoir :

Si vous prenez un traitement régulier mais que vous souhaitez l’arrêter, demandez l’avis de votre médecin. Il vous dira si vous pouvez l’arrêter d’un coup, ou vous expliquera comment réduire les doses petit à petit afin de ne pas brusquer votre corps et les récepteurs de la molécule concernée. 

Les traitements concernés sont souvent les psychotropes comme les neuroleptiques, antidépresseurs, le lithium, l’acide valproïque, les anticholinestérasiques…

Sont aussi sources de tremblements les médicaments pour le sevrage tabagique.

Tremblements liés au sevrage

La consommation régulière d’alcool ou de drogues crée une dépendance, qu’elle soit physique ou psychologique. C’est cependant plus particulièrement la dépendance physique qui va nous intéresser. Semblable à la dépendance à la nicotine, le corps s’habitue à recevoir une certaine dose d’alcool ou de la molécule contenue dans la drogue consommée. Lorsque le consommateur diminue ou cesse complètement la consommation, notamment de manière brutale, le corps est littéralement en manque. 

Ce manque peut causer des suées, des hallucinations, de l’insomnie, des crises psychotiques et aussi des tremblements. 

L’arrêt de la consommation régulière d’alcool ou de drogue avec dépendance est à faire suivre par un professionnel de la santé. Si vous ou un proche tente de sortir de la dépendance ou pour toute information, appelez ces numéros :

lutter-tremblements-sevrage-drogue-tous-ergo
lutter-tremblements-sevrage-alcool-tous-ergo

Trouble de la thyroïde 

Certaines personnes souffrant d’hyperthyroïde voient leur taux d’hormones thyroïdiennes augmenter au-delà du taux normal. Cette hyperproduction provoque des symptômes comme des bouffées de chaleur, des palpitations, des suées, de l’insomnie ainsi que des tremblements de mains et une faiblesse musculaire.

Ici la solution est de traiter directement la production excessive d’hormones afin d’éviter des effets plus néfastes, notamment cardiaques.

Formes des tremblements

  • Tremblement en distal (mains ou pieds)
  • Tremblement plus généralisé
  • Ponctuel ou définitif
  • Tremblement d’action (rien au repos et tremblement lors d’une action volontaire)
  • Tremblement au repos (se manifeste au repos et s’arrête lors des mouvements volontaires)
  • Plus ou moins fort (trouble de la coordination et peut aller jusque des mouvements incoordonnés -athétose-)
  • Plus ou moins orienté (horizontal ou multidirectionnel)
  • Latéraux ou bilatéraux

Important :

Quoiqu’il en soit, si vous constatez des tremblements chez vous, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant qui saura poser un premier diagnostic et vous orienter vers un spécialiste si besoin, comme un neurologue.