Aide, allocations et subventions pour les enfants handicapés

L’aide la plus courante pour un support financier au niveau des frais scolaire est l’AEEH : Allocation d’Éducation de l’Enfant Handicapé. La demande se fait auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Vous devez évidemment au préalable avoir fait reconnaître le handicap de votre enfant auprès de cette même entité. Pour en savoir plus sur les démarches de reconnaissance du handicap et de scolarisation d’un enfant handicapé, rendez-vous sur les pages suivantes : Faire reconnaître le handicap de mon enfant et Scolariser son enfant handicapé.

Aide, allocations et subventions pour les enfants handicapés

Les aides financières pour la scolarisation d'un enfant handicapé

L’AEEH est destinée aux personnes de moins de 20 ans, résidant en France de manière permanente, avec des revenus professionnels inférieurs ou égaux à 55% du SMIC mensuel brut. Un enfant en internat dont les frais sont pris en charge par la CPAM, l’état ou le département, ne pourra pas bénéficier de l’AEEH. L’aide s’élève à un montant de 132€74, qui peut être complété par un complément AEEH en fonction du degré de handicap et des besoins. La Majoration spécifique pour parent isolé peut elle aussi venir compléter l’aide si vous assumez seul(e) la charge de votre enfant handicapé.

La durée de l’attribution de l’AEEH dépend du du taux d’incapacité (calculé par la CDAPH) de votre enfant, et de selon si son état est stable/s’aggrave ou s’il est censé s’améliorer. Pour un enfant au taux d’incapacité supérieur à 80% dont l’état de santé peut s’améliorer touchera par exemple l’AEEH pendant une durée de 3 à 5 ans. Si son taux d’incapacité est supérieur à 80% et que son état de santé est stable ou s’aggrave, l’AEEH est versée sans limite de durée jusqu’au 20 ans de l’enfant. Il percevra ensuite l’AAH. Les compléments à l’AEEH peuvent aller de 99€55 à 1126€41 en fonction de la catégorie dans laquelle l’enfant a été placé par la CDAPH.

A noter : vous ne pouvez pas toucher le complément à l’AEEH et la PCH, vous devrez choisir entre les deux. Le complément de l’AEEH tient compte de tous les besoins spécifiques de l’enfant, qu’il relèvent de l’aide humaine ou d’autres frais liés au handicap. La PCH comprend 5 domaines : aides humaines, techniques, animalières, aménagement du domicile/véhicule + frais de transport, dépenses diverses spécifiques. Les conditions d’accès sont plus ou moins les mêmes, les deux nécessitent de réunir les conditions d’accès à l’AEEH. La PCH va avoir une condition en plus : difficulté absolue ou deux difficultés graves pour effectuer une activité de la liste présente sur le site de la MDPH. Vous trouverez cette liste sur la page résumant les conditions d’attribution de votre MDPH.

Pour finir, ce n’est pas une aide financière, mais les auxiliaires de vie scolaire (AVS) sont une option pour faciliter le quotidien scolaire de l’enfant handicapé. Affectés suite à la décision et validation de votre demande au sein du PPS (voir la fiche sur la reconnaissance du handicap), les AVS pourront accompagner et aider l’enfant pendant le temps scolaire.

 

Les aides financières pour les soins médicaux d'un enfant handicapé

La PCH et l’AEEH ont aussi pour vocation de soulager les frais liés aux soins médicaux de l’enfant en situation de handicap. Ils peuvent donc servir à financer les aides humaines et aides à domicile. Ces aides financières vous donnent accès à des aides humaines qui pourront soulager votre quotidien de certaines tâches. Avec ces aides, entre 80 et 100% de l’aide humaine sera pris en charge selon quelques plafonds fixés, renseignez-vous auprès de votre Caisse Maladie pour en savoir plus. Idem pour les aides techniques qui seront prises en charge entre 75% à 100%, avec un plafond de 3960€ par période de 3 ans.

 

Les aides financières liées à l'aménagement du logement et du véhicule

La PCH va également permettre de financer quelques-uns des frais d’aménagement du logement et du véhicule.

L’ANAH, agence nationale de l’habitat, a elle aussi une aide dédiée à l’aménagement du logement en fonction du handicap. L’aide Habiter Facile de l’ANAH s’élève à 50% du montant des travaux HT avec un seuil de 10 000€ maximum pour les foyers aux ressources très modestes, et à 35% et 7 000€ pour les foyers aux revenus modestes. Rendez-vous sur le site de l’ANAH pour découvrir le montant maximal auquel vous avez le droit. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre conseil départemental pour vérifier si d’autres aides sont mises à disposition localement.

 

Les aides financières pour soulager le quotidien avec un enfant handicapé

  • La PCH est l’aide la plus large, elle prend en compte les aides humaines au quotidien, mais aussi le transport du domicile à un centre médico-social effectué par un tiers. Attention, la distance aller-retour doit être supérieure à 50 km pour pouvoir être éligible.
  • Toujours dans les aides au transport, la carte mobilité inclusion (CMI) regroupe plusieurs avantages. Elle est délivrée par la MDPH et donne accès en priorité aux places assises dans les transports en commun et files d’attente/salles d'attente. Elle donne des avantages fiscaux pour le foyer, mais aussi des avantages commerciaux chez la RATP (et d’autres organismes de transports en commun), la SNCF et Air France. Enfin, elle permet d’avoir accès à des stationnements réservés aux personnes en situation d’invalidité.
  • La Paje est la prestation d’accueil d’un jeune enfant. C’est une prime à la naissance attribuée aux familles et professionnels accueillant un enfant en situation de handicap. Un complément peut être attribué si le parent choisit de cesser d’exercer son activité professionnelle pour s’occuper de l’enfant.
  • L’Allocation Journalière de Présence Parentale est destinée aux parents travaillant dans le secteur public, privé, indépendant ou touchant les Assedics. Elle est attribuée si les parents décident d’effectuer en continu des soins à domicile pour leur enfant handicapé et sont donc obligés d’être présents. L’AJPP est versée par la CAF et permet d’obtenir 310 jours de congés indemnisés par enfant pour une période de 3 ans, avec un maximum de 22 jours d'absence par mois. L’allocation journalière s’élève à 43€14 et à 51€25 si vous êtes un parent isolé.

 

A nouveau, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre CCAS (centre communal d’action sociale), de votre CAF, ou de votre mutuelle pour connaître les différentes aides mises en place dans votre région ou département.

 

Voici comment accompagner et prendre en charge un enfant handicapé :

Tous ergo vous accompagne

Perte d’appétit : stimuler l’envie et la faim ! Alzheimer

Maurine • 20/05/2022

Perte d’appétit : stimuler l’envie et la faim !

La perte d’appétit concerne les personnes âgée, les enfants, les personnes en situation de...

14 applications pour l’accessibilité et l’inclusivité Accessibilité et mobilité

Joy • 18/05/2022

14 applications pour l’accessibilité et l’inclusivité

De nombreuses applications existent pour faciliter le quotidien, pour simplifier les actions...

Voyager avec un handicap : nos conseils Accessibilité et mobilité

Antoine • 16/05/2022

Voyager avec un handicap : nos conseils

Voyager avec un handicap n’est pas toujours facile. Aujourd’hui encore, beaucoup de personnes...